Ancienne ville épiscopale et universitaire, berceau des voitures Bugatti, Molsheim est une cité à l’histoire et au patrimoine riches et variés qui ont largement influencé la viticulture locale. 

Une ville épiscopale
En 1308, les évêques de Strasbourg établissent leur domination sur Molsheim, bourgade de vignerons et d’artisans. Lors de la  Réforme, quand la ville de Strasbourg devient protestante, l’évêque et les ordres religieux catholiques se réfugient à l’abri des remparts de Molsheim. 
Le vignoble profite du rayonnement de la cité, ses vins s’exportent au-delà des frontières jusqu’à la Cour d’Angleterre...
 
La Révolution industrielle 
La Révolution française met fin à la société de l’Ancien Régime et marque l’entrée de la ville dans l’ère industrielle avec l’installation des ateliers Coulaux. Ces établissements emploient jusqu’à 600 personnes avant 1870.
Avec l’arrivée d’Ettore Bugatti en 1909, commence alors une épopée prestigieuse : la prospérité de l’usine entraîne Molsheim dans son sillage. Bugatti paie bien son personnel, l’économie locale s’en ressent.
Le Patron instaure, dès 1926, un système d’allocations familiales et des aides pour son personnel qui atteint près de 1000 salariés. 
Le travail de la terre a du mal à resister à cette évolution du monde industriel : des 220 ha de vignes recensés vers 1900, seuls 72 ha sont encore cultivés à la veille de la Seconde guerre mondiale.
 
Le vignoble renaît
Après 1945, la viticulture connaît un nouveau développement : seuls les meilleurs terroirs viticoles sont préservés et replantés au fil des ans. Le savoir-faire des vignerons et la qualité des sols contribuent à la renommée de ce vignoble. 
Ce travail de longue haleine est récompensé en 1992 par la reconnaissance officielle de l’appellation Grand Cru Bruderthal.