La vinification passe par une succession d’étapes menées avec précaution qui en font un art délicat où le savoir-faire et la sensibilité du vigneron permettront au terroir de s’exprimer et se révéler...

La mise en bouteille

La fermentation

La vente

1. La récolte 
Elle démarre en septembre et dure environ 2 à 3 semaines en fonction de la maturité de chaque cépage.
 
2. Le pressurage  
Après la cueillette, le raisin est pressé le plus rapidement possible pour éviter l’oxydation du jus.
Un pressurage délicat évite l’astringence et est déterminant pour la qualité des vins.
 
3. Le débourbage 
24 à 36 heures après le pressurage, le moût clair est séparé de ses bourbes (débris végétaux, pépins). Les levures présentes naturellement sur les baies commencent à se développer.
 
4. La fermentation alcoolique  
Les levures transforment le sucre en alcool et provoquent un dégagement de gaz carbonique. 
Un contrôle quotidien de la température de la cuve est nécessaire pour suivre l’évolution du moût.
 
5. Le soutirage 
Le vigneron procède au soutirage du vin pour éliminer les lies (levures sédimentées).
Cette opération permet de déterminer la sucrosité  du vin en stoppant l’action des levures.
 
6. L’élevage 
Durant cette période, le vin, maintenu à l’abri de l’air, développe en fûts (foudres ou cuves inox)
ses caractères organoleptiques (arômes, typicité) dont l’évolution est influencée de manière importante par le cépage, le terroir, le millésime, et l’art de vinifier propre à chaque vigneron.
 
7. La filtration  
Le vin reste sur lies fines jusqu’à la première filtration qui élimine les matières en suspension pour assurer au vin une bonne évolution.
 
8. La mise en bouteilles 
Environ 9 mois après les vendanges, lors de la mise en bouteilles, une dernière filtration peut être effectuée pour rendre le vin parfaitement limpide et le stabiliser.